Réduire la taille du texte Normaliser la taille du texte Grossir la taille du texte
oiseau3.png

Le bocage est un paysage rural de champs enclos par des talus et des haies et comportant parfois des murets, bosquets et arbres dits isolés. Caractéristique de l'Ouest de la France, il existe sous des formes très variées.

 Lanfains T GuéhenneucaLamoureux EPAGA MG 6989Atlas paysages 35

Ce paysage résulte d'une construction par les activités humaines et notamment les pratiques agricoles. Il est directement influencé par le contexte socio-économique.

 

Les rôles du bocage

Créé à l'origine pour séparer l'espace selon la qualité de la terre et protéger les cultures et les bétail, la disparition progressive du bocage au XXème siècle nous a fait découvrir, a posteriori, ses multiples rôles dans le paysage d'aujourd'hui.

 

Limitation du ruissellement et de l’érosion

Les talus sont des barrières physiques aux eaux de ruissellement : ils freinent, retiennent l’eau et évitent que la terre fertile ne soit emportée. En l'absence de bocage, des pertes de sol peuvent être observées lors de fortes pluies. Cette érosion, très visible, ne représente qu'une petite partie du phénomène, la plus grande partie de l'érosion est en réalité diffuse. Lorsqu'un talus est présent sur le chemin de l'eau, une partie de cette eau s’infiltre dans le sol, aéré par les racines des arbres. Le ruissellement est limité et ralenti : on parle d'effet tampon.

 

P1020658P1020538ERB 2007 érosion

 

Epuration de l’eau

Epuration de leauUne partie de l'eau retenue par le talus s'infiltre dans le sol. Des processus d’épuration se mettent alors en place : les nutriments apportés aux cultures sont en partie absorbés par les végétaux ou dégradés par la microfaune du sol puis dénitrifiés par des bactéries du sol.

 

 

 

 

 

 

Brise-vent : proptection du bétail et des cultures

brise-vent et rendement

Les haies sont des barrières physiques au vent. Elles protègent le bétail des aléas climatiques et des pathogènes. Sans abris, les animaux utilisent une grande partie de leur énergie pour leur régulation thermique et non pas pour la production de lait ou de viande.

 

En limitant la vitesse du vent, les haies limitent aussi le déssèchement des plantes cultivées. On observe une perte de rendement à proximité de la haie (concurence des arbres) mais un gain de rendement sur une distance de dix à quinze fois la hauteur de la haie.

 

 

Ressource énergétique

Le bois est une source d’énergie renouvelable. Les haies bocagères, gérées durablement, permettent une production de bois déchiqueté ou « plaquettes », pour l’alimentation de chaudières à bois. Les plaquettes bocagères conviennent pour des chaufferies de petite et moyenne tailles pour lesquelles la qualité de la plaquette (granulométrie, taux d'humidité) est importante. Ces chaufferies sont utilisées pour des groupements d’habitations, des bâtiments agricoles, des piscines, des hopitaux, des établissements scolaires, etc.

bois déchiquetéDSC00196DSC 0681

 

 

Patrimoine naturel et biodiversité

Le paysage de bocage, par sa grande variété de formes, contribue à la diversification des paysages et à la lutte contre la banalisation des territoires. La valorisation de ce paysage rural entraine par la même occasion celle de l’agriculture et l’amélioration du cadre de vie qu’il apporte renforce l’attractivité des territoires.

Le bocage est un milieu naturel accueillant une grande diversité floristique et faunistique, incluant des auxiliaires de culture et des polinisateurs, utiles à la production agricole. Son organisation verticale (strates de végétation) et horizontale (réseau de haies) lui confère de nombreux rôles biologiques : lieu de refuge, d’alimentation, de reproduction mais aussi corridor écologique de déplacement des espèces naturelles vers d’autres milieux (zones humides, prairies, landes, forêts...).

Dynamiques bocagères d'hier et d'aujourd'hui

EPAGA BB Evolution boc Le Moustoir 66 14

Créé à l’origine pour servir de clôture protégeant cultures et bétail, le bocage apparait principalement à la fin du Moyen-Age et va s’étendre jusque dans les années 1950 où la tendance s’inverse brutalement.

La principale cause réside dans les profondes mutations que va connaitre l’agriculture au sortir de la seconde guerre mondiale : intensification des cultures, mécanisation des travaux agricoles.


De nombreuses haies et talus vont être supprimées pour accompagner cette modernisation de l’agriculture, notamment pour l’agrandissement des parcelles et la création de chemins d’exploitation, mais aussi du fait du développement de l'urbanisation.

Selon une étude réalisée en 2012 par l'EPAGA sur 24 communes du bassin versant de l'Aulne, environ 50% du bocage aurait disparu entre 1961 et 2009.


Actuellement, bien que les arasements aient beaucoup diminué, le bocage continu de reculer et fait face à un manque de renouvellement et d'entretien. Selon l'enquête réalisée par la DRAAF Bretagne en 2008, les linéaires bocagers diminuent d'environ 1% par an en Bretagne.