Réduire la taille du texte Normaliser la taille du texte Grossir la taille du texte
oiseau1.png

 


IMGP0125

 

 

La moule perlière d'eau douce (Margaritifera margaritifera) aussi appelée "mulette" est une habitante méconnue des cours d'eau bien oxygénés. Cette petite moule noire de 8 à 16 cm vit enfoncée dans les sédiments de la rivière. Elle se nourrit en filtrant le plancton et les particules de l'eau. 

 

 

 

 

Comme plusieurs autres bivalve d'eau douce, elle a pour particularité, au moment de la reproduction, d'émettre des larves (les glochidies) qui doivent se fixer aux branchies de certaines espèces de poissons pour survivre. Seuls la Truite Fario et le Saumon Atlantique peuvent servir d'hôtes aux jeunes mulettes.

 

Enfin, elle a une longévité étonnante. Des individus approchant du siècle sont relativement fréquent !

 

Une espèce en danger

 

Malheureusement, la moule perlière d'eau douce subit un déclin très rapide. Au cours du XXème siècle, 90 % de la population aurait disparu. En France, l'espèce s'est éteinte dans plus de 60 % des cours d'eau ou elle était recensée au début de XXème siècle. Aujourd'hui la situation est toujours alarmante car, sur une majorité des 80 cours d'eau abritant l'espèce, la reproduction est stoppée depuis plusieurs années et la population ne se renouvelle plus.

 

Cette diminution importante des effectifs est principalement due à :

  • La surpêche pratiquée jusque dans les années 70 afin d'obtenir les fameuses perles ( 1 perle pour 3000 individus en moyenne).
  • La pollution des eaux et en particulier l'eutrophisation. En effet les jeunes mulettes supportent très mal les excès d'azote apporté par les engrais et les eaux usées.
  • L'envasement des fonds qui étouffe les mulettes enfouies dans le sédiments. Cet envasement peut être due à l'érosion qui apporte de nombreuses matières fines ou à la modification de l'écoulement de la rivière qui facilité leur dépot(barrage, curage ...).
  • la disparition des poissons hôtes (salmonidés), indispensables à sa reproduction.
  • D'autre causes encore mal connues qui bloque la reproduction de l'espèce (appauvrissement génétique, variation de débits, disparition de la ripisylve, prédation, ...).

 travaux rivièrespollutiontruite fario

 

 

Cette grande sensibilité à de nombreuses menaces fait de la mulette une très bonne espèce indicatrice de l'état des rivières. Leur présence dans un cours d'eau est la preuve d'une qualité irréprochable !

 

Le bassin de l'Aulne, un des derniers sanctuaires pour l'espèce

 

1000pix aLamoureux-EPAGA MG 7523

 

En France, les dernières populations en bonne santé se situent dans le Massif Central et le Morvan. Néanmoins, le Massif Armoricain possèdent encore quelque foyer de populations relictuelles (18 en 2004). Les effectifs les plus importants ont été retrouvés sur le bassin de l'Aulne, sur deux affluents qui dévalent les flancs de Monts d'Arrée: l'Ellez et le ruisseau du Fao.

 

 

 

Les populations du Massif Armoricain ne se renouvelant presque plus, leur disparition à faible échéance était programmée. Heureusement, depuis 2010, un programme européen LIFE+ coordonné par Bretagne Vivante a permis la création d'une station d'élevage expérimentale à la pisciculture du Favot, gérée par la Fédération de Pêche du Finistère.

 

Vous trouverez ci-dessous des liens afin de mieux comprendre cette véritable aventure visant à sauver un des joyaux de nos rivières.

 

 

film

 

Vidéo France 2





 


film

 

Film sur le programme Life Mulette - Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

 

life

 

Et pour aller plus loin (téléchargement, visites de la station d'élevage, ...)

Lien vers le site dédié à ce programme 

 

 

 

La mulette de l'Ellez, sentinelle de notre robinet

 


La population de moule perlière de l'Ellez se situe en aval du lac Saint Michel, véritable château d'eau pour le Finistère. En effet, dans le cadre du soutien d'étiage, l'eau du lac est utilisé pour alimenter les stations de pompage d'eau potable installées en aval le long de l'Aulne. Au plus fort de l'été, jusqu'à un tiers de la population du Finistère dépend de ces pompages pour son alimentation journalière.

 Paysages-EPAGA PanoBrenilis2

 

Ainsi, les populations de moules perlières de l'Ellez, si sensibles à la pollution, disparaitraient si des substances dangeureuses apparaissaient dans l'eau. Le maintien de leur population est un gage de bonne qualité à notre robinet.

 

Cet exemple doit nous rappeler que les mulettes ne sont pas les seules à avoir besoin d'une bonne qualité d'eau pour survivre. Les préserver, c'est aussi protéger notre alimentation en eau.

 

 Logo Natura